MAG ARTISTE MARIO TESSIER

Par : Pierre Nadeau ( Mai 2016 )
À LA UNE
ÉVASION

Mario Tessier présentera son tout premier one-man-show intitulé Seul comme un grand à la salle Dussault le 14 mai prochain. Celui-ci a bien voulu répondre aux questions de MAG2000.

Pourquoi un one-man-show après deux spectacles sur scène avec le duo Les Grandes Gueules?

J’avais vraiment envie de ça depuis plusieurs années. J’ai eu du plaisir à faire des spectacles sur scène avec José. Mais en duo, c’est toujours un peu dans la même formule parce qu’inévitablement, tu vas tomber dans le sketch, soit un numéro où l’un va être le faire valoir de l’autre. Tu n’as pas le choix, tu ne peux pas t’en sortir, c’est ça le canevas pour un duo et j’ai adoré ça. Mais là j’avais envie d’un spectacle un peu plus personnel et le spectacle que je fais présentement, ce n’est pas quelque chose qui se fait à deux.

 

Qu’est-ce qu’on retrouve dans votre spectacle?

Je dis souvent que je raconte ma vie. C’est un spectacle qui débute sur les chapeaux de roues. Je suis né pendant la tempête du siècle en 1971. Je raconte que mon père faisait des allers-retours en motoneige dans les rues de Lasalle pour emmener les gens me voir l’hôpital. Dans le spectacle, tu changes la motoneige pour le cheval et tu es rendu dans les Filles de Caleb. 

Ça part comme ça et on suit ma vie au travers les personnages qui ont marqué ma vie. Mais ce n’est pas tellement ma vie qui est intéressante comme les gens qui ont meublé cette vie-là. Je me donne beaucoup. Je suis très énergique. Je danse, je chante et il y a aussi beaucoup d’autodérision. C’est vraiment un spectacle avec plusieurs niveaux.

Parlez-nous d’Yvon Deschamps qui vous a inspiré dans la préparation de votre spectacle

Sans vouloir me comparer à lui, j’avais envie de faire un spectacle comme ceux de monsieur Deschamps au début des années 70 que j’ai vu sur Ici ArtTv. Ce sont des spectacles où tu riais, mais à un moment donné, il y avait de l’émotions dedans. Il y avait une courbe et tu ne savais jamais où il allait t’amener. Je ne veux pas me comparer à lui parce qu’il est le plus grand et qu’il le sera toujours, mais c’est dans ce genre d’émotion et de sentiments que je veux amener le public.

C’est Serge Postigo qui assure la mise en scène du spectacle, comment cette union s’est-elle formée?

Serge et moi, on se connaissait depuis quelques années. J’ai animé quatre fois le Gala Artis dont à deux reprises où j’étais seul. La première fois où j’animé seul, le metteur en scène était Serge Postigo et j’ai eu un véritable coup de cœur pour lui. C’est un gars tellement brillant. Il s’y connaît dans toutes les sphères du métier. Quand j’ai eu l’idée de mon spectacle, je l’ai contacté et je lui ai demandé s’il accepterait de travailler avec moi. Ç’a été une rencontre exceptionnelle. En plus de faire la mise en scène, nous avons écrit le spectacle ensemble. 

On ne peut parler à Mario Tessier sans aborder le duo Les Grandes Gueules qui a dominé pendant plusieurs années les palmarès des cotes d’écoute au Québec. Un succès auquel vous vous attendiez?

Tu ne peux jamais t’attendre à ça. À un moment donné, nous avons eu une émission la plus écoutée  au Canada. On était, José et moi, deux petits kids qui réalisaient un rêve de jeunesse. On est arrivés à la radio par accident à notre sortie de l’École nationale de l’humour. Josélito Michaud nous a vus en train de donner un spectacle sur la plage. On est devenus des amis et il a appelé à CKMF, aujourd’hui NRJ, pour nous présenter au patron de l’époque Yves Guérard. Nous avons été embauchés en attendant parce qu’on était à reconstruire la grille horaire et ç’a duré 20 ans qui ont été extraordinaires. 

Si vous nous parliez justement de l’importance de votre ami José Gaudette dans votre carrière?

On est deux amis qui se sont rencontrés au secondaire et qui avons encore la chance de faire ce métier aujourd’hui. C’est certain que si José n’avait pas été dans ma vie, peut-être que je ferais ce métier, mais ça n’aurait pas eu cet impact-là. Je dois ma carrière à José parce qu’on s’est trouvés l’un et l’autre. Moi, je crois au destin et je pense que ça faisait partie du destin de rencontrer José et lui de me rencontrer et il demeurera toujours une personne importante dans ma vie. 

Vous êtes humoriste, animateur et comédien. Dans le futur, est-ce qu’il y a un domaine que vous voulez prioriser plus qu’autre?

Dans le métier que je fais, c’est propre à nos années où l'on veut compartimenter les artistes en disant que lui c’est un humoriste, lui c’est un animateur, lui c’est un acteur. Pour moi, ce métier-là, c’est un tout. Je me considère comme un touche-à-tout parce que j’aime faire un paquet d’affaires. J’ai eu la chance de jouer dans la série Un sur deux à TVA où j’avais un rôle un peu plus dramatique, mais j’ai adoré ça. J’adore animer à la télé, j’adore faire de la radio, j’adore faire des spectacles. Je ne serais pas capable de choisir un ou l’autre. Pour le moment, c’est un tout et tant que la vie va me permettre de faire un peu de tout, je vais être le gars le plus heureux du Monde.

 

MAG Artiste Mario Tessier